Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ruralite

SMIRTOM du canton de VOLONNE

VAL DE DURANCE       SMIRTOM du canton de VOLONNE

TROIS NOUVEAUX FEUX DE CONTENEURS

Cette semaine le SMIRTOM a constaté 3 nouveaux feux de conteneurs (1 à Volonne, 1 à Peipin, 1 à Malijai), avec 2 conteneurs entièrement détruits. Dans la totalité des sinistres, ces feux sont liés au dépôts de cendres dans les conteneurs.

 "Est-il utile de rappeler que les dépôts de cendres dans les conteneurs sont interdits, pas plus que les néons déposés cette même semaine dans une colonne de tri sélectif d’emballages ménagers de St Auban, où se pose là, en plus de l’incivilité, la question du respect du personnel du centre de tri qui risque ensuite de se blesser ?", insiste Gilles Chevalier, directeur.

 

Il reste cependant des administrés qui conservent un esprit civique certain, comme les participants à la deuxième édition des pères Noëls qui ont rapporté le 28 Décembre environ 400kg de cartons et 2 m3 d’appareils électriques, autant de déchets qui seront recyclés et ne finiront pas en centre d’enfouissement….. Heureux participants qui se sont vu récompenser de leur geste par des cadeaux tirés au sort dont 1 tablette, un panier gourmand, 1 lecteur de DVD portable, 3 lots de 100€ de bons d’achats auprès de la dynamique Pépinoise ainsi qu’un lot de jouets offert par l’association des amis de St Auban.

 

Michel Flamen d'Assigny, président du SMIRTOM du canton de Volonne, Gilles Chevalier, Directeur, et toute l'équipe les remercient ainsi que les autres partenaires de cette opération à savoir :  La Gargoulette, Joué Club, Pulsat, Clery Pub, Intermarché et SITA SUD.

 

Il en est de même pour les premiers utilisateurs de la nouvelle cuve de collecte des huiles alimentaires installée à la déchetterie de Château-Arnoux qui, sitôt installée, a déjà enregistré 250 litres d’huile déposés, huile qui sera recyclée en biocarburant sachant que cela représente une économie de 3kg de CO2 par litre d’huile.

 

Que ces derniers exemples soient le témoignage de bonnes résolutions pour notre environnement en 2012…….

 

 

126

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

VAL DE DURANCE CHATEAU-ARNOUX/ST-AUBAN-VOLONNE

 

La Ressourcerie de Haute-Provence et le SMIRTOM

ont installé des conteneurs TLC


Michel Flamen d'Assigny, président du Syndicat mixte de ramassage et de traitement des déchets (SMIRTOM) et président de l'Association des Maires Ruraux du 04, Gilles Chevalier, directeur du SMIRTOM, Bernard Elefterakis, directeur  directeur de la RHP et le responsable d'exploitation, Philippe Poirot, ont présenté les nouveaux points d'apport volontaire dédiés aux textiles. Installés dans les dix communes partenaires , ils sont en fonction depuis le début du mois de novembre.

Certains administrés se sont aperçus de leur installation et les utilisent déjà, néanmoins il est d'apporter une information plus large afin que ce dispositif dédié au recyclage soit efficace.

C'est dans le cadre d'un partenariat  entre le SMIRTOM du canton de Volonne et la Ressourcerie de Haute-Provence (RHP) qu'il vient compléter les offres existantes de prise en charge de ces déchets en déchetterie et à la Ressourcerie de Château-Arnoux. 

  

"Concrètement, qu'y apporter et comment faire ?"

·         Michel Flamen d'Assigny: "Vous pouvez apporter les vêtements et les chaussures que vous ne portez plus ; le linge de maison dont vous n’avez plus l’usage. Les articles apportés peuvent être usés, plus à votre goût ou à votre taille. Ceux qui ne sont pas reportables en l’état seront recyclés pour faire de nouveaux produits ! En revanche, n’y mêlez pas ce qui a servi aux travaux ménagers ou de bricolage et tout ce qui peut être souillé par des produits chimiques, des graisses, etc. Cela doit être mis à la poubelle ou directement en déchetterie. De plus, vous devez rassembler les textiles propres et secs, même s'ils sont usés, attacher les chaussures par paire, par les lacets ou avec un élastique, car ils risquent de se séparer à l’ouverture du sac. Et surtout vous devez bien fermer les sacs en évitant ceux qui sont trop volumineux, de préférence employez ceux de moins de 50 litres".

MCE   "Que devient ce qui a été apporté ?"

·         Michel Flamen d'Assigny: "Tout dépend de son état ! Les vêtements, linge et chaussures, appelés TLC, en assez bon état pour être reportés seront donnés ou revendus par RHP ; leur permettant ainsi de financer leurs actions sociales. Les TLC non reportables en l’état seront recyclés : leurs composants pourront être valorisés. Transformés en chiffons d’essuyage ou remis à l’état de fibres, ils pourront être réintroduits dans la fabrication de nouveaux produits, par exemple comme isolants acoustiques ou thermiques, nappes de filtrage, rembourrage, nouveaux textiles etc..."  

 "Pourquoi est-ce important de participer?"

·         Michel Flamen d'Assigny : "Nos poubelles débordent, nos ressources naturelles s’épuisent. En plaçant nos textiles, linge de maison et chaussures (TLC) usagés dans le circuit du réemploi et du recyclage, on les détourne de la poubelle et on leur redonne de la valeur. On limite la quantité de déchets, et on leur offre une seconde vie. Plus de 2.5 milliards d’articles TLC sont mis en marché chaque année, soit plus de 700 000 tonnes. Qu’ils ne finissent pas à la poubelle, qu’ils servent à plusieurs personnes, ou que leurs matières soit récupérées pour d’autres utilisations permet de réduire les déchets et de préserver les ressources naturelles. Réemployer, recycler, c’est redonner de la valeur à ce qui, sinon, aurait été détruit. Le secteur de la récupération et de la valorisation des TLC usagés, en s’organisant, offre des opportunités de croissance. L’augmentation de la collecte et du tri peut créer des emplois, notamment pour les personnes en difficulté au regard de celui-ci. " 

 

C’est une attitude constructive face aux enjeux environnementaux et économiques actuels.

 

126.JPG

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

ORAISON Projection Conférence Débat

gif anime abeilles 77

ORAISON

Projection Conférence Débat

 Samedi 5 novembre À 20h30 

Salle du Château

 

"Disparition des ABEILLES, la fin d'un mystère"

Film  avec André COMBE, apiculteur, écrivain (Coyotte Editions)

conférencier et auteur du tournage

réalisé par Natacha Calestrémé/ Ecrit par Gilles Luneau et Natacha Calestémé

Documentaire de 52 MN

 

"L'abeille disparaît de la planète. Ce désastre s'étend depuis novembre 2006, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Belgique et en France. Les pertes atteignent parfois 90% des colonies.

L'industrie agro-alimentaire réalise soudain que les abeilles en pollinisant  les fleurs, sont les garantes d'une bonne récolte. Dans le monde, le chiffre d'affaires de l'agriculture dépendant des hyménoptères représente 153 milliards d'euros.

            Tout à coup le monde a pris peur. Notre histoire commence ici.

Le film est conçu comme une enquête policière, partant de la scène de la disparition massive d'abeilles dans un rucher, il déroule l'enquête à la recherche des coupables. L'ensemble des hypothèses sont étudiées pour tenter de comprendre le phénomène. Nous nous sommes rapprochés de scientifiques réputés, à travers le monde (Etats Unis, Suisse, France, Allemagne) afin qu'ils répondent à nos questions. Ce que nous avons découvert est stupéfiant. La disparition des abeilles n'est pas due à une multitude de causes mais à un coupable bien précis. Et le phénomène s'accroît d'année en année. L'environnement des abeilles est aussi le nôtre. Il est grand temps de s'en préoccuper". AC

 gif_anime_abeilles_77.gif

Avec également le conférencier

Jean-Paul FAUCON

                Président du GDSA du 04/Membre de l'AFSSA

u27016847 u27016847u27016847

 et avec la collaboration de Gérard Bonnafoux

Biologiste/Président de « Carnet de Vies »

 

                                   p.a.f.  5€ et 3€ pour les adhérents

                                                 

Organisé par l' Association « Carnet de Vies »

  Contact réservations et renseignements complémentaires :

    Tél : 06.61.00.21.00     gilles.mercier857@orange.fr

 

Communication : MChristine ETIENNE

journaliste  tél  04.92.64.5825

 

Voir les commentaires

UNE MOTION ADOPTEE PAR LES MAIRES RURAUX

 

UNE MOTION ADOPTEE PAR LES MAIRES RURAUX

ET VOTEE A L'UNANIMITE PAR LE CONSEIL GENERAL

POUR L'ELECTRIFICATION RURALE.

 

Lors de l'Assemblée Générale de l'Association des Maires Ruraux 04 qui s'est déroulé à Mallemoisson le 18 juin dernier, René MASSETTE, en sa triple qualité de conseiller général, délégué à l'électrification et président de la Fédération des collectivités et du Syndicat Digne-Barrême, a présenté une motion qui a été adoptée à l'unanimité.

Lors de la séance plénière de vendredi, le Conseil Général l'a votée encore à l'unanimité.

C'est en fait une demande de moratoire pour la mise en oeuvre du regroupement de la maîtrise d'ouvrage en matière d'électrification rurale au niveau départemental.

Un regroupement imposé par la loi de décembre 2006 (article 33) à tous les syndicats d'électrification  qui sont au nombre de 12 dans le département, sans compter les communes isolées, implantées sur le Territoire de la concession.

Les préfets successifs n'ont jamais imposé cette mise en conformité avec la loi, en revanche depuis le 12 janvier 2011 le conseil du Fonds d'amortissement des charges d'électrification (FACE), a décidé de pénaliser les communes du département qui ne s'étaient pas mis en conformité. "Cela   nous a fait perdre 10 % de  la dotation, soit plus de 330000€,  au titre des départements présentant un taux de regroupement de la maîtrise d’ouvrage inférieur à 75 %, ce qui aura pour conséquence immédiate de vider les syndicats intercommunaux de leur substance et, à terme provoquera leur disparition pure et simple", a précisé Mr Massette, souhaitant continuer à travailler avec les syndicats primaires et qui entend donc mettre en oeuvre ce regroupement forcé en présentant ainsi son moratoire : " Vu le projet de schéma départemental de coopération intercommunale présenté par Mme la Préfète des AHP en date du 21 avril 2011 et notamment les pages 82-83. Vu l’article 17 de la loi du 10 février 2000 (Article L 224-31 du CGCT) disposant que les Autorités Concédantes « peuvent assurer la maîtrise d’ouvrage des travaux de développement des réseaux de distribution d’électricité ». Considérant l’organisation départementale actuelle en matière de distribution d’énergie électrique au sein d’une Fédération regroupant les 200 communes du département à laquelle est intégrée une Régie autonome d’assistance à maîtrise d’ouvrage. Considérant l’efficacité de cette organisation en terme de proximité, de démocratie des décisions, d’autonomie de gestion de l’ensemble des 12 syndicats d’Electricité et des communes « isolées » implantés sur le territoire de la concession. Considérant  la masse de travaux injectés par les SIE/SME dans l’économie locale (7.4 M€ en 2009), réalisés pour la plupart par des entreprise locales. Considérant la lourdeur, la durée et la complexité des procédures pour le regroupement des SIE conformément au CGCT. Considérant que la décision du FACE concerne 566 élus de proximité (délégués titulaires et suppléants des SIE) et 17 personnels qui assurent avec efficience la bonne gestion de l’Electrification Rurale sur le territoire départemental. Considérant  la volonté de l’ensemble des élus et des Présidents de Syndicats issus des scrutins de mai 2008, de voir se pérenniser ces structures de proximité au moment même où discute au travers du schéma départemental de coopération intercommunale une nouvelle approche de la gouvernance des territoires. LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES COLLECTIVITES ELECTRIFIEES DES ALPES DE HAUTE PROVENCE décide de se mettre en conformité avec la loi de 2006 et de regrouper la maitrise d’ouvrage au niveau départemental au sein de la structure unique existante, demande au Conseil d’Administration du FACE un délai pour l’application de cette mesure au 1er janvier 2014 dans le cadre d’un moratoire et pour ce faire, sollicite le soutien de l’ensemble des élus des Alpes de Haute-Provence".

Une demande qui a recueilli le soutien total du Conseil Général, où plusieurs élus ont souligné "le  rôle de proximité" et "l'utilité qui n'est plus à démonter" de ces syndicats pour lesquels oeuvrent bénévolement quelque 560 élus locaux et dont la masse de travaux a permis en 2009 d'injecter près de 7.4 M€ dans l'économie locale.

DSCF4862

 

 

 

 

Voir les commentaires

AG de l'AMR04 Les maires ruraux bas alpins font de la résistance

MALLEMOISSON        

 Les maires ruraux bas alpins font de la résistance.

 

C'est  lors de leur assemblée générale qui s'est tenue salle polyvalente des Cèdres à Mallemoisson ce week-end que les élus ont exprimés leur inquiétude sur le devenir de leurs communes face au nouveau schéma départemental de coopération intercommunale proposé par la préfète Yvette Mathieu, excusée à cette manifestation et donc  représentée par Pierre Coran, sous préfet de l'arrondissement de Castellane.

L'histoire est un éternel recommencement, c'est aujourd'hui contre cette fusion, imposée par la loi, des communautés de communes pour n'en faire que onze dans le département, que l'association des Maires Ruraux "reprend les armes" 40 ans après le premier combat. En effet, l’Association des Maires Ruraux de France a 40 ans. Dès l’origine un principe : des maires au service de leurs pairs !  www.amrf.fr  

"Ce n'est pas en mariant 3 ou 4 pauvres que l'on fait un riche",

a lancé Michel Flamen d'Assigny, président de l'AMR04. Claude Domeizel, sénateur, s'est rallié à ses collègues et à leurs interrogations, lors de son allocution -se considérant toujours un peu maire rural-:" C'est de la cartographie, mais on ne sait pas ce qu'il y a dedans!", s'est-il exclamé. Puis il a souligné qu'il s'agit "d'un processus qui demande du temps et surtout de la concertation".

Il a profité de cette intervention publique pour informer l'assemblée qu'une loi attend dans les tiroirs et sera voté en fin d'année sur l'extension du vote à la proportionnelle dont le seuil de 3500 habitants pourrait être ramené à 500.

Vanik Barbérian, président national de l'AMRF, retenu en dernière minute, a communiqué également son positionnement : " Considérant que le calendrier imposé par la loi de réforme des collectivités territoriales est irréaliste la méthode d’élaboration des Schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI)  fait courir le risque de blocages multiples. Pour l'AMRF, le délai d'élaboration ne devrait commencer à courir qu’à compter de la réception par les conseils municipaux concernés de données chiffrées permettant une décision éclairée des élus. En conséquence, l'Association des Maires Ruraux de France demande expressément un report raisonnable des délais d’élaboration du schéma départemental de coopération intercommunale qui ne devra commencer à courir qu’à compter de la réception par les conseils municipaux concernés : des éléments chiffrés sur les conséquences patrimoniales et financières des propositions soumises ; des simulations précises sur les modifications proposées en termes de gestion des personnels, de gouvernance, ou encore de compétences. Ces clarifications étant, seules, susceptibles de garantir une décision éclairée, permettant d'apprécier la « définition de territoires pertinents » et la « solidité financière » du futur espace… objectifs assignés au schéma par le législateur."

 

Sur les 292 collectivités appelées à se prononcer avant le 22 juillet certaines ont déjà fait parvenir leur délibération, il va de soi que "toutes ne sont pas favorables" comme l'a commenté le sous-préfet. La Commission (CDCI) aura quatre mois pour se prononcer sur les projets et apporter des amendements. Les élus ont posé le constat que "l'on ne tient pas assez compte de la spécificité de ce département".

Lors de cette assemblée générale, Jacques Depieds, maire de Mane est intervenu sur la problématique de la dotation de péréquation horizontale. Gérard de Meester, conseiller général, a évoqué la dépendance et l'accompagnement des aînés et des projets dont il est à l'initiative tels que  la Maison des Acacias qui a ouvert le 20 juin à Peyruis et celle de Pierrevert qui ouvrira courant 2012, ainsi que le magnifique chantier en cours de domiciles regroupés adaptés avec services associés, sur l'ensemble du département.

 

Une motion

Votée à l'unanimité et présentée au nom de l'AMR04 par Jean-Jacques Lachamp, maire de Nibles et vice-président de l'AMR04 : "...l'achèvement et le développement de l'intercommunalité doivent répondre à un impératif d'efficacité au service d'un projet de territoire et non au remplissage de cases colorées dans les salons de la préfecture."

L'AMR04 appelle donc l'ensemble des maires ruraux "à relayer auprès des membres de la CDCI leurs demandes d'écoute et de dialogue afin d'aboutir à une carte de l'intercom élaborée si possible dans le plus grand consensus, seule manière d'obtenir l'adhésion des élus et de garantir le bon fonctionnement de nos structures communales et intercommunales"

  

   image001MA31811856-0001

   DSCF4879

  

 

Voir les commentaires

<< < 1 2