Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

José Escanez se dévoile au travers de son premier livre « Rebelle »

« Joseph le Rebelle ! »

Telle fut l'exclamation de son instituteur Marcel Pichon quand, 60 ans après  que José Escanez l'eut retrouvé par hasard il y a une dizaine d’années.

Cet homme a été le point de repère qui a guidé la vie de José et c’est pourquoi il a eut envie de lui rendre hommage  par ce titre  très significatif.

 

Ce livre commencé dans la même période avec son ami Victor Bérenguier qui l’a encouragé à démarrer cette rétrospective de ses souvenirs, sous forme d’entretiens, vient juste de paraître  en librairies.

«Je ne voulais pas faire ce livre car je me disais : « Qui cela va intéresser ? » Je n’ai aucune prétention. J’avais d’autres préoccupations puisque j’étais Maire, et j’avais de multiples occupations, et depuis 2008 que j’ai un peu plus de temps, nous nous sommes replongés dedans. Il aurait dû sortir il y a six mois mais il y a les impondérables, les retards d’imprimerie ».

 

« Demain est un autre jour »

« Pour lui chaque jour est différent du précédent, c’est pourquoi j’ai surtitré le livre ainsi », explique Victor Bérenguier. Et il poursuit ainsi : « José a marqué localement sa commune et je voulais qu’il reste quelque chose de lui, de ce qu’il a fait,  car il est d’une modestie et d’une générosité étonnantes ».

 

« Je sais d’où je viens et ce que je suis ! »

Que ce soit ses meilleurs ennemis tout comme ses faux amis, tous sont obligés de reconnaître qu’il est un battant et que toute son existence s’est affirmée en ayant pour règle de vie ce fameux lendemain qui chantera toujours plus haut, plus fort et plus juste que la veille.

Voilà un livre riche de souvenirs et ponctué d’anecdotes savoureuses et truculentes, c’est le parcours d’un jarlandin, d’origine espagnol, devenu un syndicaliste incontournable de « l’Usine de Saint-Auban », puis homme public en même temps que bête politique.

« J’ai un parcours contrarié, mais on peut me demander ce qu’on veut, je suis discipliné ! », puis José Escanez  rajoute avec insistance : « Mais ce qui important, et encore plus aujourd’hui après l’avoir raconté, c’est que je sais d’où je viens, qui je suis et ce que j’ai fait ».

 

« Je n’arrive pas à haïr les gens »

José Escanez se défend de régler des comptes au travers de ce livre : « Il s’agit plutôt de mises au point car je ne connais pas la haine, mais je ne connais pas on plus la crainte. Je respecte les gens, les opinions de chacun ».

 

Né le 15 mai 1930 à Saint-Auban, il a été Maire de Château-Arnoux/Saint-Auban durant 31 ans, de 1977 à 2008, conseiller général du canton de Volonne de 1979 à 1985, puis de nouveau depuis 2004. Il a aussi été conseiller régional de 1986 à 1998, soit deux mandats.

Il se présentera aux prochaines cantonales de mars  pour ses succéder à lui-même dans le canton de Volonne, avec pour suppléante Marie-Christine Etienne, dirigeante associative depuis 14 ans sur Volonne et qui fut également adjointe au maire de cette localité en 2008/2009.

 

  DSCF4582