Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHRONIQUE LITTERAIRE/CONFERENCE DE VERONIQUE MORALDI

 

 

CONFERENCE DE VERONIQUE MORALDI

LE SAMEDI 16 OCTOBRE 2010 A 20h30

 

SALLE MONTEBELLE A VALBELLE

dans le cadre du 7è Festival « Coup de pouce aux auteurs »

organisé par l’association Amitié et Loisirs

et dans le cadre de l’UNIVERSITE TEMPS LIBRE

organisé par la Fédération des Foyers Ruraux 04

 

Contact : MChristine ETIENNE au 04.92.64.58.25

                                                                                       P.A.F. : 5€

 

Chronique littéraire de Victor BERENGUIER


« N'AYEZ PAS PEUR D'EDUQUER VOS ADOS…
Ce sont eux qui vous le demandent ! »

Cet ouvrage tombe à point, justement à un moment où, à la rentrée, les IUFM* qui avaient succédé aux Ecoles Normales, - ces creusets où avaient été formés ces Hussards noirs de la République -, auront vécu, laissant ainsi nos futurs éducateurs livrés à leur imagination, certes créatrice, sans aucun doute, mais pas suffisante pour affronter la dure et ô combien noble (si tant est qu'elle puisse encore l'être) tâche à laquelle les plus courageux et motivés se destinent. D'aucuns pourront dire: « Encore un livre de plus pour nous parler d'éducation après tant d'autres depuis Rousseau, Montaigne…» Eh oui! Pourquoi? Parce que tout simplement, depuis, de l'eau a passé sous les ponts et que cet ouvrage écrit à quatre mains, n'est pas une symphonie pastorale, comme le roman auquel vous pouvez penser!…. Il est en prise directe sur l'actualité et nous donne les clés pour voir comment à partir du chaos peut surgir l'harmonie. Pourquoi pas, après tout? Trinh Xuan Thuan dans son remarquable ouvrage "Le Chaos et l'harmonie- La fabrication du réel" nous permet de réaliser que nous sommes en train de changer d'univers et nous décrit l'histoire de cette révolution.

 

A propos du sujet qui nous intéresse, nous nous trouvons aussi en pleine révolution. Il faut donc s'adapter aux contingences actuelles et nous, adultes, commencer à trouver nos propres repères pour, dans cet univers où évoluent nos enfants, - univers qui a bien changé depuis notre propre adolescence- être capables de leur apporter les réponses adaptées en les comprenant sans toutefois faire preuve de laxisme à leur égard. Les règles qu'ont pu nous inculquer nos parents, avec leur meilleure volonté, si elles si elles nous ont permis de prendre notre envol, de nous libérer, d'acquérir notre autonomie, de devenir enfin responsables car, ne l'oublions pas, le prix de la liberté c'est la responsabilité, ne portent plus les fruits escomptés quand, à notre tour, nous essayons de les mettre en pratique pour l'éducation de nos ados.

 

 

 Et que dire de ceux et celles qui hélas n'ont pas eu cette chance, ce bonheur ou, pour certain(e)s qui, dans leur enfance ont été victimes de maltraitance avant de devenir parents à leur tour? Empêtrés dans un tel micmac, quels repères offriront-ils à leur progéniture? Il n'y a pas, à proprement parler, encore d'écoles de parents ( mis à part les consultations chez les psys). Comment vont-ils s'y retrouver? Bien sûr, pour copuler, pas de problème, la nature a tout prévu. Mais si la petite graine prend racine - ça arrive encore de nos jours malgré les moyens mis à disposition pour éviter les conséquences qui sont elles aussi dans l'ordre de la nature, qu'adviendra-t-il de la petite plante qui à sont tour sera un jour père ou mère? Et le cycle pourra continuer avec tout un enchaînement de violence, de chaos dont les médias nous rebattent quotidiennement les oreilles. Et bonjour les dégâts!…


Les deux auteures, Véronique Moraldi et Michèle Gaubert, nous parlent justement en connaissance de cause de "Comment éduquer nos ados…", à partir de leur expérience vécue personnellement et à l'appui des témoignages recueillis dans le secret de leur cabinet où elles consultent et reçoivent les confidences tout aussi bien des parents que des ados venus leur parler

de leurs « petits et graves problèmes mêlés ».

 

Cet ouvrage est en quelque sorte comme le phare qui protège du naufrage les navires en leur évitant d'aller se fracasser sur les écueils quand la tempête se déchaîne.
Véronique Moraldi et Michèle Gaubert nous accompagnent pas à pas dans ce qui peut parfois ressembler à un dédale, celui de l'adolescence. Ce faisant, elles nous évitent ainsi de nous y fourvoyer.

Dans la première partie de l'ouvrage elles nous révèlent tout sur la crise d'adolescence, ses vérités et ses conséquences. Elles nous donnent d'abord une définition de cette adolescence, souvent mal comprise. Il s'agit d'une crise naturelle avec l'apparition de la puberté et les changements psychologiques et physiques qui en découlent: la croissance, l'éveil de la sexualité et les questions que l'ado est amené à nous poser, la prise de poids souvent mal acceptée par les jeunes filles, les problèmes alimentaires qui peuvent devenir préoccupants (boulimie ou anorexie), le développement du système nerveux qui entraîne une instabilité neurologique avec une maladresse motrice; le besoin de liberté et l'autorité parentale re-mise en question.

Des études de cas nous sont présentées: l'échec scolaire; (pourquoi?); la violence, souvent engendrée par le sentiment d'injustice et qui peut être multiforme: contre soi ou contre la société, parents et enseignants compris. A un degré supérieur, la défonce avec l'alcool, puis la fumette, la cocaïne et la boulimie, l'anorexie, les scarifications qui sont autant de cris de l'ado qui s'exprime ainsi pour appeler au secours. Si l'appel n'a pas été entendu, c'est la fugue qui s'ensuit avec tous les risques éventuels et, dans les cas extrêmes, le pire est au bout du chemin…

Pour comprendre ce que les ados ont voulu nous dire au travers de ces différents cas de figures, les auteurs consacrent tout un chapitre à leur décodage.

 

Dans la 2ème partie, Véronique Moraldi et Michèle Gaubert nous "remettent" cette clé tant attendu: ce qu'il faut entendre et bien comprendre pour éduquer. Pour ce faire, se référant au dictionnaire de Félix Gaffiot, elles nous donnent à réfléchir sur la définition de ce terme :

« … Il y a deux mots. Le premier est educo, educare: élever, nourrir, avoir soin de, former, instruire. Le second est plus intéressant, educo, educere: faire sortir, mettre dehors, tirer hors de, tirer du sein de la mère, mettre au monde, élever; au sens poétique: faire éclore, exhausser, élever en l'air; et par extension: élever au ciel, célébrer.

(…) L'éducateur a pour mission de faire sortir ce qu'il y a de meilleur en l'enfant. Il l'élève vers le meilleur, vers le haut, le fait grandir… vers le ciel. Noblesse de l'image et de la fonction. Dans cette acception, l'éducateur est un accoucheur, un « exhausteur ». Il peut arriver que l'adulte rectifie, amende, mais il ne se substitue pas et il ne cherche pas à influencer la personnalité de l'enfant. Il joue un rôle de formateur de l'esprit, au sens que Montaigne donnait à l'expression: tête bien faite et non bien pleine.»


Pour bien comprendre ce qui se passe au moment de l'adolescence, c'est que l'ado doit s'opposer pour se poser en tant qu'individu. Il éprouve
« le besoin d'affirmation, ou "pourquoi la vison de mes parents serait-elle meilleure que la mienne?" […] L'adolescent a un très fort sentiment que ses idées, sa façon de voir sont aussi valables que les leurs. Les parents se sentent attaqués personnellement et rejetés comme si l'enfant ne voulait plus de leur amour. Ce qui est faux. Au contraire, il en a plus que jamais besoin. Le conflit est un passage obligé… au sens de nécessaire. À travers ces provocations, il ne fait que rejeter les traces de ses parents en lui pour sortir de l'enfance et tenter de s'individualiser en tant que sujet indépendant.»


En conséquence, il faut que les parents s'entraînent à accorder progressivement une marge d'autonomie à leur enfant; qu'ils comprennent que ses priorités ne sont pas les leurs; qu'ils acceptent de lui accorder « le droit à la connerie… L'adolescent n'est pas un adulte »; qu'ils évitent «le piège de l'amour/haine, ou avoir fait un enfant pour soi » En toute circonstance, une règle prioritaire: maintenir le contact à tout prix. Se souvenir qu'il n'y a pas d'éducation sans explications, qu'éduquer ce n'est pas juger; qu'un respect réciproque est nécessaire et qu'il faut leur apprendre à communiquer. Ne pas oublier aussi qu'on doit donner l'exemple, et le bon, évidemment. Les ados étant en quelque sorte des miroirs qui souvent reflètent la propre image de leurs géniteurs!…

Voici, un bref aperçu, un survol, dirais-je de ce dont nous entretiennent les deux auteures dans leur ouvrage qui devrait être entre toutes les mains, tant des parents et grands-parents que des enseignants, du législateur, voire des juges car eux aussi sont pour la plupart des parents et dans leur fonction, ils ont une tâche difficile à accomplir pour préserver la société sans ruiner l'avenir de l'ado.

*
Institut Universitaire de Formation des Maîtres             Victor Bérenguier - Volonne le 1er/09/ 2010

BIOGRAPHIES


mo MORA1018Véronique Moraldi

Véronique Moraldi a été formée à la communication relationnell e (méthode ESPERE de Jacques Salomé). Elle est spécialisée dans les problèmes de harcèlement moral, dans l'étude des personnalités narcissiques et dans l'analyse des liens familiaux et de leurs conséquences sur les comportements des adultes. Aux Editions de l'Homme, elle est l'auteur de Gardez-vous d'aimer un pervers, de La fille de sa mère et de Le fils de sa mère. Se reporter aux archives pour retrouver les chroniques rédigées sur ces ouvrages.

 

Michèle Gaubert est psychothérapeute. Elle se spécialise dans les maux des adolescents et dans les rapports parents-enfants. Conférencière, elle présente des communications sur les humeurs féminines (lé débuts d l'identification de l'hystérie) ou sur les représentations sexuelles de Satan. Elle est aussi romancière et femme de théâtre.


 

Auteures: Véronique Moraldi - Michèle Gaubert

Editeur: Les Editions de L'HOMME

Format: 15x23cm. 272 pages. Prix: 22 €