Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A VOLONNE dans le cadre de l'UTL

CONFERENCE : "LES RADELIERS DE LA DURANCE".


Présentée par Denis Furestier de l’association «Radeliers de la Durance »
Denis Furestier raconte en prenant l'exemple de la Durance,

l'histoire d'un métier aujourd'hui disparu, celui de radelier.

 

 On distinguait fondamentalement les rivières navigables et les rivières flottables. "Le terme de "radelier" s'applique exclusivement à un professionnel qui fait descendre des radeaux sur des riviè­res flottables tout comme le "batelier" et le "marinier" Dans la haute Durance, le radelier était souvent également marchand de bois, et les négociants d'Aix ou de Marseille formaient parfois un véritable "lobby"dans ces relations commerciales, au détriment des menuisiers et charpentiers.

Ces hommes fabriquaient leur radeau en bois et naviguaient sur les 260 km flottables de la Durance, de Guillestre au Rhône. Ils participaient ainsi au transport de bois à l'intérieur du territoire français, bois qui, jusqu'à la fin du XIXè siècle, constituait le matériau le plus utilisé à toutes les formes de vie sociale, économique et militaire.

En conjuguant les sources documentaires et les conseils de radeliers plus expérimentés, les membres de l’association sont parvenus à mettre sur pied une reconstitution historique de descente en rivière.

En 1775, 40 radeliers étaient répertoriés à Volonne,

Si la majorité des radeaux étaient constitués de troncs de sapins et de mélèzes de 12 à 14 mètres de long, certaines pièces pouvaient atteindre 18 mètres pour un diamètre de 80 cm : elles étaient surtout destinées à mâter les gros navires. Selon la commande, on assemblait entre 12 et 24 pièces de bois à l'aide de liens végétaux, les "Heures", et des traverses étaient placées aux extrémités du radeau pour le rigidifier. Il fallait une journée à cinq ou six hommes pour confectionner un radeau.

Ces radeaux représentaient en marchandise négociable la valeur des troncs même qui les constituaient, mais également servaient souvent à transporter d'autres produits : céréales, ardoises, faïences de Moustier, etc.

 

Cévenol de naissance, Denis Furestier est venu à Briançon pour y effectuer son service militaire. Tombé sous le charme des Alpes, il y est resté. Aujourd’hui Directeur d’un Centre de Vacances du Comité d’Entreprise d’EDF à Savines, il est également Membre du Conseil Scientifique du SMAVD.

  radeliers durance 2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

LA MALLE AUX TRESORS 14/05/2010 08:12



Bonjour Marie-Christine,


Ce sujet m'intéresse, dommage, tu as oubié de mettre le lieu et l'heure de cette conférence. Je vais voir si je le trouve sur l'agenda DURANCE BONNE JOURNEE. BIEN A TOI. Joëlle de LA MALLE AUX
TRESORS