Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans l’Indre, le village de Saint-Valentin accueille aujourd'hui de nombreux tourtereaux

 

Depuis 1965, chaque 14 février, le petit village de Saint-Valentin, en Champagne berrichonne, célèbre l’amour.

Seul village de France à porter le nom du saint patron des amoureux, il est devenu un lieu de pèlerinage pour de nombreux couples français et étrangers. Car la réputation de Saint-Valentin a depuis longtemps dépassé les frontières.

Des liens se sont créés, en particulier avec le Japon. Ce matin, deux couples nippons en voyage de noces étaient attendus en mairie par le maire Pierre Rousseau. Quant aux visiteurs, ils pourront déguster toute la journée les chocolats fabriqués par une société japonaise, Tokyo chocolate, qui a exporté voilà soixante ans la Saint-Valentin au pays du Soleil-Levant. Là-bas, la coutume veut que le 14 février les femmes offrent ces chocolats aux hommes.


« Cette fête est importante pour l’image du village » 

Les visiteurs pourront se restaurer au restaurant le Saint-Valentin, tenu par des Japonais, ou sous chapiteau avec un repas animé par le chanteur Ziako.

Un dîner spectacle sera organisé samedi à la salle des fêtes de Neuvy-Pailloux. Ce matin, les couples étaient attendus en mairie pour recevoir un certificat des amoureux, l’après-midi étant réservée aux confirmations de mariage. Une douzaine d’exposants sont présents sous chapiteau dont un graveur de coeurs à accrocher dans le jardin des amoureux. Un bureau de poste est également ouvert pour délivrer des timbres avec le cachet du jour.

 

Connaissez vous le Village de Saint Valentin ?

Quoi de plus romantique... Dans la campagne berrichonne, chaque 14 février le village de Saint Valentin fête les amoureux. Le reste de l'année, les couples sont invités à venir visiter ce village assurément le plus romantique de France !  


C'EST OU ?  


Dans le département de l'Indre, au coeur de la Champagne Berrichonne, a quelque 25 kilomètres d'Issoudun, le petit village de Saint-Valentin attire chaque année de nombreux amoureux. C'est en effet l'unique village de France à porter le nom du Saint Patron des Amoureux ! Ici, tout s'organise autour de l'amour. Dans le jardin dédié aux amoureux, les couples peuvent venir flâner de la plus romantique des façons. Dans ce jardin s'étendant sur quatre hectares bordés d'aires de jeux, les amoureux peuvent offrir un arbre en témoignage de leur passage. Aux dons des visiteurs particuliers s'ajoutent ceux des collectivités locales mais aussi ceux des villes jumelles du village : Sakuto Cho au Japon et Saint-Valentin en Autriche.

 

POURQUOI faire ?  


Au détour d'une allée, le kiosque aux amoureux rappelle l'imagerie populaire de Peynet, le créateur des fameux personnages qui illustrent toujours bon nombre de cartes romantiques. Les visiteurs peuvent aussi accrocher aux branches du saule aux coeurs une feuille de bois en forme de coeur gravée selon leurs voeux de leurs prénoms entrelacés ou d'un message encore plus personnel. Plus loin, une maison du sentiment amoureux et du mariage est aussi en cours de création. De son côté La Poste ne désemplie pas puisque pendant toute l'année, elle accueille les amoureux en proposant des prêts-à-poster spécifiques et une oblitération exclusive au village. Tout à côté, la boutique de Saint-Valentin propose plus de 60 produits à la vente, allant de la porcelaine du Berry aux vins de Reuilly, en passant par les tee-shirts "Saint-Valentin" sans oublier les "Câlins de Saint-Valentin", la délicieuse gourmandise des Amoureux, spécialité du village de Saint-Valentin.

 

UNE FêTE le 14 FEVRIER ?  


Mais c'est à l'approche du 14 février que le village s'anime tout à fait. En effet, depuis 1965, année de la première édition de la fête des amoureux, le week-end le plus proche de la date des amoureux tous les habitants de Saint-Valentin décorent leurs maisons de fleurs et de coeurs. Quand la fête bat son plein, les concerts et les repas à thème se succèdent tandis qu'à la mairie, les amoureux qui le souhaitent peuvent recevoir une confirmation de leur passage immortalisée par un parchemin personnalisé et très officiel. Le dimanche matin, l'église du village célèbre également une messe des amoureux. Pendant toute la durée de la fête, un bureau de poste temporaire propose également aux collectionneurs philatélistes des oblitérations premiers jours lors de la sortie d'une nouvelle flamme ou d'un nouveau timbre à l'effigie de l'amour. Une délicieuse idée pour officialiser des fiançailles ou envoyer des faire parts de mariage originaux ! Pour cette année 2007, la fête aura lieu les samedi 10 et dimanche 11 février ainsi que le mercredi 14 février.

 

POUR S'Y RENDRE  


- par l'autoroute A20 : sortie Vatan en provenance de Paris, sortie Châteauroux en provenance de Limoges,

- par l'autoroute A71 : sortie Vierzon en provenance de Paris, sortie Bourges en provenance de Clermont-Ferrand ou Lyon.

Visitez le site internet officiel de la commune de saint valentin :

 www.village-saint-valentin.com

 

img_6011.jpg

 

 

img_6014.jpg

L'ARBRE DES AMOUREUX

Voir les commentaires

AG des maires ruraux des Alpes de Haute Provence

 

BARREME        

  "Refondons l'école de la République !"


"Evènement important pour la démocratie locale !"

L'assemblée générale des Maires Ruraux

des Alpes de Haute Provence

s'est tenue ce samedi à Barrême.

                                                                           

L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe, accompagne, représente  et défend les communes de moins de 3 500 habitants partout en France faisant reconnaître leurs spécificités, en complémentarité avec l'AMF.

 Se revendiquant donc comme le porte-parole des maires et adjoints des communes rurales qui agissent et réfléchissent sur le devenir du monde rural, c'est un interlocuteur consulté par les commissions parlementaires et les grandes entreprises du secteur public.

 

Au niveau local, l'AMR04 a vu le jour en 2000, créée par Jean KINTZ, ancien maire de Thorame Basse, elle fut conduite ensuite par Philippe CURTI, ex maire d'Entrepierres et depuis 2008 c'est Michel Flamen d'Assigny, Maire de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, qui en détient la présidence.

 

Dans notre département cette association a sa raison d'être puisque c'est quelques 200 communes qui sont dites "rurales". 70 d'entre elles en sont adhérentes, maintenant l'AMR04 en constante évolution.

 

"Rassemblés et plus forts,

nous serons mieux écoutés !",

 a  rappelé Jean-Jacques Lachamp, vice président de l'AMR04, maire de Nibles.

 

Rassemblés, ils l'étaient ce samedi matin à Barrême pour leur assemblée générale annuelle. Accueillis par Jean-Louis Chabaud, maire de Barrême, qui a fait part d'un constat édifiant qui est le même pour tous les participants : "...difficultés de gestion, lourdeurs administratives, gel des dotations, réformes territoriales, autres réformes..." En présence des conseillers généraux, des conseillers régionaux, du sénateur, Claude Domeizel et du secrétaire général de la préfecture, Rodrigue Furcy, et de Pierre-Yves Colombat, vice président de l'AMRF, sénateur du Var, les maires ont fait, en force, le déplacement pour saisir cette occasion d'évoquer ces sujets de discorde entre le monde des villes et celui des campagnes qui donnent l'impression d'une collusion entre les élus des métropoles et les hauts fonctionnaires de l'Etat. Les débats se sont axés sur  les réformes engagées dont bon nombre auront une incidence prépondérante sur nos villages.


Celles des collectivités territoriales ont suscité quelques tensions entre les élu(e)s.

Le président a dénoncé la DGF (dotation globale de fonctionnement) dont l'équité est loin d'être observée : " Une commune de moins de 500 habitants reçoit une DGF de 64€ par habitant quand une ville de 150000 habitants en reçoit 128 !". Cette discrimination entre habitants des petites ou moyennes communes  par rapport aux communes  urbaines est intolérable.

 

"Une usine à gaz !",

s'insurge Jacques Depieds, maire de Mane, contre le coefficient logarithmique dont il demande la suppression.

"...Ce coef sert pour le calcul de la dotation forfaitaire des communes et amène à des invraisemblances, ce sont les territoires ruraux qui en supportent les conséquences !..."


Il propose de voter une motion qui est accueillie à l'unanimité. "L'AMR04 demande aux pouvoirs publics que les axes : économie, patrimoine, tourisme et services aux habitants, soient considérés comme une priorité essentielle pour les territoires ruraux, charge Monsieur le Président de saisir les ministres concernés et demande à l'association nationale de relayer sa démarche auprès des instances européennes"

 

Dans l'intérêt de l'enfant.

L'autre sujet très fortement d'actualité est la réforme des rythmes scolaires. Si les élu(e)s  soutiennent la réforme, ils s'opposent à un nouveau transfert de compétence sans transferts de moyens équivalents.


Une autre motion est votée à l'unanimité : " L'AMR04 demande un délai supplémentaire au-delà du 31 mars afin de mettre en oeuvre la réforme, des moyens pérennes au-delà de la rentrée 2013/2014 afin de garantir les ressources nécessaires à sa mise en oeuvre, un assouplissement des règles d'encadrement des activités doit être envisagé, un soutien aux associations d'éducation populaire malmenée ces dernières années doit être renouvelé,  et que des crédits actuellement dédiés au sport ou  des crédits du ministère de la Culture et de la communication viennent abonder et de façon pérenne, les dispositifs que les communes, syndicats de communes, intercommunalités le cas échéant, auront à coeur de mettre en place "

 

   

A la veille de l'examen du projet de loi sur la refondation de l'école par le Parlement, Claude Domeizel, représentant également Gilbert Sauvan et Christophe Castaner retenus à l'Assemblée Nationale,  souligne : "L'avenir de notre jeunesse, le redressement de notre pays, son développement culturel, social et économique dépendent de ce grand dessein éducatif. Pour la réussite de tous les enfants, refonder l'école de la République est un enjeu majeur auquel nous souscrivons. Nos voeux vont vers la réalisation de la refondation de l'école qui permettra d'élever le niveau de qualification de tous les jeunes et de réduire les inégalité d'apprentissage entre les élèves et les territoires."

 

Rodrigue Furcy a tempéré l'auditoire en annonçant que le Préfet et le directeur des services académiques de l'Education Nationale ont décidé d'organiser quatre réunions territoriales avec les élus d'ici les vacances de février, animées par des sous-préfets et des services de la Direction de la cohésion sociale. Ces rencontres visent à répondre à toutes les questions concrètes que se posent les élu(e)s et sur les modalités de la mise en oeuvre de la réforme.

 "La refondation de l'école s'inscrit dans une démarche globale...Son objectif essentiel fait l'unanimité entre les élu(e)s de ce département : nous avons pu le constater avec Monsieur le Préfet, aucun acteur bas-alpins ne la conteste au fond sur ce qui en fait l'intérêt principal à savoir l'intérêt de l'enfant".

 

 

contact AMR04 :

secrétariat : MChristine 04.92.64.58.25

AMR04SEC@aol.com

http://www.facebook.com/pages/Association-des-Maires-Ruraux-du-04/142800812425615

 

 

 

DSCF5755.JPG

 

DSCF5749.JPG

 

DSCF5742.JPG

   DSCF5766.JPGPIERRE YVES COLOMBAT

SENATEUR DU VAR  & vice-président de l'AMRF

DSCF5769.JPGCLAUDE DOMEIZEL

SENATEUR DES ALPES DE HAUTE PROVENCE

 

DSCF5774.JPGRODRIGUE FURCY

SECRETAIRE GENERAL DE LA PREFECTURE

DSCF5777.JPG

Voir les commentaires

Volonne ce mercredi dans des "Racines et des ailes"

En septembre dernier une équipe de tournage d'une agence spécialisée indépendante de Paris a été missionnée pour l'émission "Des Racines et des Ailes". Ils se sont arrêtés à VOLONNE.


carte110.jpg


MERCREDI 06 FEVRIER 2013

SUR FR3  - "Des racines et des ailes" à 20h45

présenté par Louis LAFORGE


"Ce nouveau numéro de la collection « Passion Patrimoine » vous propose un voyage entre mer et montagne, à la découverte de l’une des plus belles routes de France : la Route Napoléon ! Reliant la Côte d'Azur aux Alpes, elle traverse, sur plus de 300 kilomètres, des paysages d’exception. Cette route doit son nom à un épisode mythique de l'histoire de France : le vol de l'Aigle… En 1815, l’empereur s’échappe de l’île d’Elbe et remonte à pied vers Paris avec 1200 hommes pour reprendre le pouvoir à Louis XVIII.


Tout au long de ce trajet, autour de l’actuelle route nationale 85, entre Grasse, Digne-les-Bains, Sisteron, Gap et Grenoble, Véronique Voirin, auteur de guides sur la région des Alpes de Haute Provence, nous fait rencontrer des passionnés qui protègent des trésors naturels et architecturaux. Férue d’histoire et de patrimoine, elle suit les pas de Napoléon Ier pour la préparation de son prochain ouvrage…

A Grasse, capitale du parfum, Carole Biancalana cultive le jasmin et les roses. Elle a créé l'association des fleurs d'exception du pays de Grasse afin d’aider de jeunes cultivateurs à s'installer dans la région. A Digne-les-Bains, le campanile de la cathédrale Saint-Jérôme est reconnaissable à des kilomètres à la ronde. Mais la structure métallique datant de 1618 présente des signes de fatigue. Avec l'architecte des monuments historiques Michel Trubert, nous grimpons au sommet de cet édifice remarquable. Un peu à l’écart de la ville, nous survolons en ULM la Réserve Géologique de Haute-Provence, la plus grande d’Europe.

A Sisteron, verrou historique sur la Durance, Lucien Mapelli restaure depuis quarante ans l’imposante citadelle. A l’ouest de la route, au cœur de la Drôme provençale, une association se bat depuis vingt ans pour réhabiliter le village de Sahune, déserté au 19ème siècle.


Direction aussi le Champsaur, qui surplombe l’unique bocage de montagne de France. C’est ici qu’une cinquantaine de passionnés vit une fois par an une expérience extraordinaire. Ils restaurent, à près de 3000 mètres d’altitude, un canal artificiel bâti par leurs ancêtres il y a 130 ans pour apporter l’eau d’un glacier jusque dans la vallée…


C’est le nez au vent qu’Yves Merens aime parcourir la Route Napoléon. Venu de Bruxelles, il emprunte régulièrement à moto, comme des milliers d’amoureux de deux-roues venus de toute l’Europe, un massif peu connu : le Dévoluy. Resté sauvage, il abrite de merveilleux sites pour les spéléologues : des glaciers souterrains. Dans ce massif calcaire, le spéléologue Martino Rodriguez surveille avec attention ces glaciers dans les profondes cavités de la région. Un univers à la fois féérique et fragile...

 

Voir les commentaires