Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

VOLONNE Super loto le 3 février

SUPER LOTO A VOLONNE
le dimanche 3 FEVRIER 2013 à 15h
salle polyvalente (centre du village)

organisé par l'ADMR du canton de Volonne

 
*5 cartons pleins (5€ le carton)
*15 quines (15€ les 4 cartons)
*1 double quine

 
nombreux lots : WE pour 2 pers, appareil photo numérique, électroménagers..., jambon, vins....
loterie-balles_-k0022022.jpg

Voir les commentaires

VOLONNE De Namur à Volonne, Baudouin au grand coeur s'en est allé...

La famille des brasseurs est en deuil. Baudouin Belot, le patron du Bocq de 1986 à 2000, s’en est allé. Il avait lancé la Blanche de Namur.

Belot : c’est le nom d’une dynastie dans le monde brassicole. En 1858, c’est Martin qui avait lancé la brasserie du Bocq, au cœur de Purnode, croquignolesque village du Condroz. Un bon siècle plus tard, cinq générations plus loin, Baudouin avait repris les commandes de l’entreprise familiale. «Il avait fait carrière dans le secteur des finances», expliquent ses proches. «Et puis en 1986, aussi par sens du devoir et de la famille, il a repris la tête de la brasserie.» En bon père de famille, l’homme a compris qu’il était temps de moderniser l’outil. Sans tout révolutionner. «Il a voulu dynamiser la brasserie, sortir de nouvelles marques», rappelle Anne, sa fille. C’est sous son «règne», celui de Belot V, qu’a été brassée la première Blanche de Namur. «La brasserie était devenue sa vie. Il n’hésitait pas à revenir en pleine nuit. Et pour remercier les ouvriers qui faisaient des extra, il amenait des pralines», raconte son épouse.


Baudouin Belot, né le 25 mars 1942 à PURNODE (dans la région de Namur - Belgique),  est décédé brutalement en début de semaine,  dans cette Provence où il était venu chercher le soleil qu’il aimait tant. Ses quatre petits-enfants, Emilie, Valentin, Céline et Lucie,  garderont également le souvenir d’un «chouette» papy au sourire tout aussi ensoleillé.

Il était venu pour la première fois avec sa femme, Monique, et ses deux filles, Anne et Sophie,  en 1983 au camping de Volonne. Ils ont sympathisé avec la famille Bravay,  propriétaires du camping. Ils furent dans leurs premiers clients.


Les Alpes de  Haute Provence leur a beaucoup plu et ils sont revenus au camping tous les ans jusqu'en 1990, date à laquelle ils ont eu l'occasion d'acquérir une maison à Volonne. Depuis la retraite, en 2000, ils s'y sont installés définitivement.

 

Tout en gardant des activités dans les associations en Belgique, Baudouin, homme au grand coeur et généreux, s'est impliqué tout naturellement avec simplicité, gentillesse et disponibilité, au sein du village dans plusieurs associations : "Volonne Initiatives",  "la Vieille Pierre", "Amitié et Loisirs" et même à la Bibliothèque du Château.

Il a été un pilier lors de la préparation des manifestations telles que la fête médiévale, le marché de la création...

Aucune tâche ne le rebutait aussi bien l'aide matérielle que la partie administrative.

 

C'était un ami dans les associations et pour son voisinage à qui il va beaucoup manquer.

 

 

 

baudouin.jpg

Hommage à Baudouin

Voir les commentaires

La vie de château CHATEAU DE SAUVAN Alpes de Haute Provence

La vie de Château l'espace de cette journée

 

La direction de HPI a invité ses journalistes et correspondants pour une journée au château de Sauvan.

Certains ont assisté à la visite guidée qui était suivie d'un apéro géant où nous nous sommes tous retrouvés (environ 70) dans les "Oubliettes" avec l'incontournable discours d'accueil de notre directeur Jean Luc Icard ...

et cela s'est terminé autour d'un repas de rêve à l'Orangeraie.

Un grand merci à l'équipe organisatrice de HPI 04/83, et aux sponsors aussi qui soutiennent notre journal.

REPAS-CORRESPONDANTS-PRESSE-2013-009.JPG

 

 

Le château de Sauvan appelé aussi parfois le « Petit Trianon de Provence» est situé sur la commune de Mane, près de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence en France.

Propriété privée, ses communs, le parc, et tout le château sont classés ou inscrits monuments historiques depuis 1957.

De plus pur style classique, assez unique en Provence par la pureté et l’harmonie de son architecture, il doit sa construction (1719-1720) à Joseph Palamède de Forbin-Janson et ses plans à Jean-Baptiste Franque, architecte avignonnais.

Simple bâtiment rectangulaire à un étage, un corps central fait une avancée sur sa façade, avec un balcon soutenu par quatre colonnes et un fronton triangulaire. Son toit est caché par une balustrade. La Révolution n'occasionna pas de gros dégâts sur le site si ce n'est le fronton de la façade principale qui fut martelé.

Il fut vendu en 1810 par Charles Théodore Palamède de Forbin-Janson à l'abbé Henri-Anne Solliers. Le château passa ensuite à sa nièce, Marie-Rose Chambaud de Cochet, épouse en 1902 du comte Paul Servan de Bezaure. Enfin, la propriété est, depuis 1981, entre les mains des frères Jean-Claude et Robert Allibert.

Le parc a reçu le label « Jardin remarquable » en 2005.

Pierre Magnan a romancé l'histoire du château dans Chronique d'un château hanté (Denoël, 2008). En 1988, Georges Lautner a tourné à Sauvan La Maison assassinée avec Patrick Bruel et Anne Brochet, d'après le roman de Pierre Magnan.

 

REPAS-CORRESPONDANTS-PRESSE-2013-006.JPG

REPAS-CORRESPONDANTS-PRESSE-2013-019.JPG

REPAS-CORRESPONDANTS-PRESSE-2013-004.JPG

hall.jpg

allee.jpg

link

Voir les commentaires

VOLONNE "Ciao Dante !"

Une figure emblématique volonnaise nous  a quittés...


Dante TAMIETTI s’est éteint jeudi matin à l’âge de 85 ans entouré de ses cinq enfants, leurs conjoints et ses sept petits-enfants...


Son talent et sa passion du foot lui ont valu la reconnaissance de ses pairs en tant que figure importante du football amateur local.

DANTE1.jpg

photo donnée par la famille de Dante


Né le 25 juillet 1927 à SUSA en Italie il y débutera sa carrière footballistique. Ce puissant attaquant, doté d’une impressionnante force de pénétration dans les défenses adverses se fera très vite remarquer par la Juventus de Turin. Puis, convoité par de nombreux dirigeants, il sera contacté par le club de Briançon en 1951, où il s'expatriera pour évoluer au sein de l'entente Briançon -Veynes. Là, il rencontrera Jeanine CLASTRES qui deviendra son épouse et la mère de ses 5 enfants.

En 1954, Jacques, le premier enfant du couple verra le jour, suivi en 1955 de Gisèle la cadette, puis l'année suivante, c'est Richard qui pointera le bout de son nez. Toujours porté par la passion du foot, la famille de Dante partira s'installer à Gap, où il portera les couleurs Gapençaises le temps d'une saison.

En 1956, José ESCANEZ lui suggère d'intégrer son équipe. Le Club de Saint-Auban lui propose alors un poste à l'usine Péchiney (Atochem aujourd'hui). La famille TAMIETTI quitte donc les Hautes-Alpes pour venir se fixer définitivement à Volonne. En 1961, Brigitte verra le jour, suivi en 1968 de leur dernier enfant Valérie.

 Lorsqu'il quitte le club de Saint-Auban, c'est tout naturellement qu'il intègre l'équipe fanion du Football Club Volonnais (il effectuera à 50 ans passé quelques matches au coté de ses 2 fils !). Louis RICHAUD lui passera le flambeau de la présidence du F.C.Volonne où il assumera également la fonction d’entraîneur. Grâce à la confiance renouvelée des membres du club, c'est pendant près de quarante ans que Dante assurera ces fonctions sous la bienveillance de son épouse. Ce fut la grande époque du FCV : on accompagnait l'équipe dans tous les déplacements (en voiture mais le plus souvent en car pour les déplacements lointains), les lotos, les tombolas et les tournois de sixte organisés par le club ont laissé à chacun des souvenirs mémorables. En 1999, la commune ainsi que les dirigeants du FCV ont tenu à rendre hommage à ces deux hommes qui ont œuvré pour le football pendant ces longues années. Les deux noms se retrouvent associés à jamais sur le fronton ciselé qui se dresse face à l'entrée du stade.


Dante a toujours œuvré pour les jeunes sur plusieurs générations qu'il n'a eu de cesse de former et d'encourager, souvent même avec tempérament.  Investi dans la vie footballistique, il s'était engagé dès sa création en 1983, au sein du District des Alpes. A ce titre, il a reçu à plusieurs reprises la médaille d'or de la Jeunesse et des Sports. Le sport étant son leitmotiv, il deviendra également correspondant sportif pour le journal la Provence.

Personnage intègre et actif, Il avait à cœur de rendre service à son village et pour cela il avait accepté d’être candidat aux élections municipales ce qui lui avait valu d’être conseiller municipal en charge de la vie sportive de 1989 à 1995.

En 1998, il se retira petit à petit de la vie publique, pour se consacrer à son épouse qui le quittera  un matin de septembre emportée par la maladie.


Atteint de la maladie d’Alzheimer, qu'il a combattu avec courage et dignité,  il s'en est allé ce 3 janvier 2013 vers d'autres horizons où il fredonnera  peut-être encore cette chanson «O sole mio» qu'il affectionnait tant et qu'il chantait pour la joie de tous.

 

 

1977-photo-eRick-avec-Dante.jpg

1977 - photo donnée par Danielle JULIEN

Voir les commentaires