Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Université du Temps Libre Durance Provence prend son envol et des antennes départementales

Belle enseigne de la Fédération des Foyers Ruraux 04, les membres de la Collégiale de l'Université du Temps Libre Durance Provence ont tenu l' assemblée générale annuelle ce samedi en présence du président de la FDFR04, Francis Testa, et de nombreux adhérents.

L'UTL quitte la FDFR04 et devient autonome.
Voté à l'unanimité  par le Conseil d'Administration de la FDFR04 en date du 10 février dernier, l'UTL prend son envol et pourrait entrevoir un développement considérable sur le département. En effet, depuis janvier 2012 une antenne de l'UTL Durance Provence s'active sur Villeneuve et  dans la même dynamique, il est envisagé des actions sur  d'autres territoires comme le Pays de Forcalquier.


L'adhésion à l'association des Universités de France est en cours, ce qui va permettre des échanges au sein d'un réseau national. De plus, un autre partenariat est actuellement en négociation avec l'UPRO de Digne générant rencontres et échanges multiples et variés.
L'UTL, emblématique des Foyers Ruraux au niveau de l'éducation populaire fait naître 4 emplois équivalent temps plein avec l'embauche  des professeurs, plus un mi temps avec celui de Mireille Sicard, directrice.


Une programmation très diversifiée
Forte de ses 300 élèves, l'UTL  propose en plus des cours :  des conférences, des café-débats, des café-philo, des  stages ... qui sont organisés 3 à 5 fois par mois.
Un voyage thématique est programmé chaque fin année "scolaire", le prochain est prévu du 11 au 15 avril 2012 en Bourgogne et abordera la Littérature, le Patrimoine, la Gastronomie et l'Oenologie. Renseignement pour les inscriptions au 04.92.62.60.59


Une collégiale renforcée
La collégiale actuellement composée de 9 membres se renforce de 5 membres supplémentaires,  volontaires dans l'assemblée .
Ces 12 membres élus à l'unanimité pour une période d'un an, sont : Antoinette Arnoux, Louis Bertrand, Claudine Bonneau, Gabrielle Chaussin, Elisabeth Coutel-Machet, Marie-Christine Etienne, Nicole Gaubert, Sylvia Laurenz, Amélie Manon, Mireille Savournin, Catherine Trouilhet et Frédérique Younes.

Vitrine de la commune de Peipin,  "la perle peipinoise culturelle", dixit le maire de Peipin, Pierre Veyan, se projette un  avenir bien prometteur.     

 

AG-UTL-COLLEGIALE.jpg   L'équipe de la collégiale

 

mimi-SICARD.jpgMireille SICARD directrice              

Voir les commentaires

VOLONNE le 7 février 2012

 

P1010418

P1010419.JPG

P1040379.JPG

Voir les commentaires

Du bien-être grâce à des poissons venus d'ailleurs, les Garra Rufas. Rencontre avec Eva Muller, jeune créatrice d'entreprise.

SAINT-AUBAN

A tout juste 26 ans, Eva Muller vient de créer son entreprise "Eden Fish" à Saint-Auban, innovante  dans la région par son concept  qui consiste à apporter du bien-être grâce à des poissons, les Garra Rufas. De 8 cm en aquarium, ils peuvent atteindre 14 cm dans la nature. Originaires de Turquie, Jordanie, Iran et Syrie, ils sont présents dans l'Euphrate et le Tigre.
 L' institut "EDEN FISH" se situe rue Adrien Badin à proximité de la Place Péchiney.

Nous sommes accueillis dans une ambiance zen où se mêle le clapotis de l'eau sur un fond musical inspirant la sérénité.


"Eva pourquoi une telle enseigne sur le secteur ?"


EM : "J'ai regardé simplement une émission de télé qui démontrait l'action bénéfique de ces poissons pour la peau. J'ai eu un véritable coup de foudre, et j'ai pensé que le concept d'un salon "bien être" apporterait une nouvelle touche dans  le centre ancien de la cité  Saint-Aubannaise où je vis depuis toujours. De plus, nous avons constaté une demande croissante de retour au naturel et aux nouvelles sensations, nous  allons ainsi répondre à cette clientèle".

 

 "Comment de temps vous a-t-il fallu pour démarrer une telle entreprise ?"


EM : "J'ai commencé par faire une étude de marché sur le territoire. Il existe trois instituts de ce type sur les Bouches-du Rhône, à Cabriès, à Istres et une autre à Marseille. Mais c'est la première implantée dans les deux départements alpins. Puis il a fallu attendre un an pour obtenir tous les agréments nécessaires"


"Faut-il un diplôme spécifique ou une expérience professionnelle particulière  pour implanter ce type

d'entreprise ?"


EM : "Je n'ai qu'un BEP commerce, aussi je travaille avec un aquariophile  car je n'ai pas de CAPA. Pour se présenter au CAPA, il faut trois ans d'expérience professionnelle. L'aquariophile entretient les trois aquariums et contrôle le bon fonctionnement de l'entreprise, et donc assure ma formation."


                                                   La Fish pédicure, une méthode 100% écologique.


Ce petit poisson que l'on appelle aussi "le poisson docteur" dans son pays d'origine, se nourrit de bactéries.
En aquarium, son rôle est identique : exfolier les peaux mortes au niveau des pieds et des jambes. Il y vit 4 à 5 ans dans une eau chauffée à 24/28°.
Après un protocole d'hygiène, les pieds sont immergés dans le bac durant environ 25mn.
Les 30 premières secondes,  60 à 90 Garra Rufas s'agglutinent sur les pieds et viennent  délester votre peau de ses impuretés.

La cliente, Dolorès,  qui est arrivé en cours d'interview nous décrit ses impressions  : "On est envahi d'une multitude de petits chatouillements, de petits pincements mais avec cette sensation de bains bouillonnants, c'est très déstressant. On s'endormirait presque !"

Son but non thérapeutique est tout de même bénéfique pour les personnes qui ont des varices, le poisson active la circulation sanguine.

Alors si vous avez envie de vivre une expérience inédite grâce aux poissons masseurs, basée sur la réflexologie plantaire, Eden Fish est ouvert de 9h à 12h et de 14h à 19h du mardi au samedi.
 

 

Contact : 04.92.36.08.26.  Site internet :   http://edenfish.e-monsite.com

 

DSCF5548.JPG

DSCF5550.JPG

DSCF5551.JPG

Voir les commentaires

Naissance d'une ferme photovoltaïque sur le site du parc éolien.

CHATEAUNEUF VAL SAINT-DONAT


Déjà trois sur le département, une à Les Mées, une à Curbans, une à Mison, et également un projet en cours à Sisteron  !

Eh voilà que Châteauneuf Val Daint-Donat se positionne également pour accueillir une ferme photovoltaïque !
Soutenue par la société Lavansol, une filiale de Deltasolar, c'est une estimation d' environ11 milllions d'euros  qui seront nécessaires pour  l'aménagement de 8,9 ha sur un terrain appartenant à la commune,  au lieu dit  "les Marines". En ces mêmes lieux, un projet de parc éolien est  lancé depuis 2001 et toujours sans suite en raison de recours intentés par des opposants.
Si la ferme photovoltaïque voit le jour, ce parc éolien pourra profiter de la desserte aménagée à cette occasion.


                                                                                   RENCONTRE AVEC
                                            Michel FLAMEN D'ASSIGNY, Maire de Châteauneuf-Val-Saint-Donat       michelwwww        

 

"Mr le Maire, pourquoi le choix de ce site  ?"
MFA : "Le POS a été révisé en 2010 pour faire évoluer cette zonede protection de la nature en zone compatible avec l'implantationd'un parc photovoltaïque."


 "La Dréal  pointait des "impacts forts sur l'habitat des espèces"soulignant que "le projet dénature le site", dans son avis du 21 janvier 2011,relatif au permis de construire"
MFA :  "Oui, mais depuis d'autres mesures ont été prises par la sociétéLavansol, comme nous l'a précisé le commissaire enquêteur Joseph Nesci.Raison pour laquelle une enquête publique se déroule en ce moment. La société a notamment prévu des mesures visant à préserver et même conforterles espèces vivantes de cet endroit. Des passages seront aménagés à travers le site et les plantes seront replantées ou cultivés à proximité. Il y a même un projet de pâturage. Oui, il y a dénaturation du site, mais j'ai envie de dire forcément, seulement ce n'est pas un bouleversement. Il n'y a pas de remise en cause de l'état existant. L'aspect environnement est réglé maintenant. Nous, on se bat pour installer un parc éolien et un parc photovoltaïque et ces projets avancent lentement à cause de l'opposition d'une poignée de personnes. Or, avec leurs retombées financières et les réseaux qui seront aménagés, ils permettront d'acheminer l'eau de la Durance jusqu'ici et de créer un bassin de rétention destiné à l'agriculture."


 "Quelle suite sera donnée concrètement après l'enquête publique ?"
MFA : "Le permis de construire sera obtenu, ou non à l'issue de l'enquête publique qui a débuté en janvier. Il est prévu deux consultations. Pour la dernière consultation, les habitants peuvent se rendre en mairie de 16 h à 19 h le lundi 13 février et faire part au commissaire enquêteur de leurs remarques ou critiques sur ce dossier. Passée cette consultation, il aura un mois pour remettre ses résultats à la préfecture qui se chargera de valider ou non ce projet. Une fois les autorisations obtenues, les travaux d'installation et d'ingénierie devraient prendre environ six mois. La puissance électrique de ce parc est estimée à 4 mégawatts crête"

Voir les commentaires