Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

UNE MOTION ADOPTEE PAR LES MAIRES RURAUX

 

UNE MOTION ADOPTEE PAR LES MAIRES RURAUX

ET VOTEE A L'UNANIMITE PAR LE CONSEIL GENERAL

POUR L'ELECTRIFICATION RURALE.

 

Lors de l'Assemblée Générale de l'Association des Maires Ruraux 04 qui s'est déroulé à Mallemoisson le 18 juin dernier, René MASSETTE, en sa triple qualité de conseiller général, délégué à l'électrification et président de la Fédération des collectivités et du Syndicat Digne-Barrême, a présenté une motion qui a été adoptée à l'unanimité.

Lors de la séance plénière de vendredi, le Conseil Général l'a votée encore à l'unanimité.

C'est en fait une demande de moratoire pour la mise en oeuvre du regroupement de la maîtrise d'ouvrage en matière d'électrification rurale au niveau départemental.

Un regroupement imposé par la loi de décembre 2006 (article 33) à tous les syndicats d'électrification  qui sont au nombre de 12 dans le département, sans compter les communes isolées, implantées sur le Territoire de la concession.

Les préfets successifs n'ont jamais imposé cette mise en conformité avec la loi, en revanche depuis le 12 janvier 2011 le conseil du Fonds d'amortissement des charges d'électrification (FACE), a décidé de pénaliser les communes du département qui ne s'étaient pas mis en conformité. "Cela   nous a fait perdre 10 % de  la dotation, soit plus de 330000€,  au titre des départements présentant un taux de regroupement de la maîtrise d’ouvrage inférieur à 75 %, ce qui aura pour conséquence immédiate de vider les syndicats intercommunaux de leur substance et, à terme provoquera leur disparition pure et simple", a précisé Mr Massette, souhaitant continuer à travailler avec les syndicats primaires et qui entend donc mettre en oeuvre ce regroupement forcé en présentant ainsi son moratoire : " Vu le projet de schéma départemental de coopération intercommunale présenté par Mme la Préfète des AHP en date du 21 avril 2011 et notamment les pages 82-83. Vu l’article 17 de la loi du 10 février 2000 (Article L 224-31 du CGCT) disposant que les Autorités Concédantes « peuvent assurer la maîtrise d’ouvrage des travaux de développement des réseaux de distribution d’électricité ». Considérant l’organisation départementale actuelle en matière de distribution d’énergie électrique au sein d’une Fédération regroupant les 200 communes du département à laquelle est intégrée une Régie autonome d’assistance à maîtrise d’ouvrage. Considérant l’efficacité de cette organisation en terme de proximité, de démocratie des décisions, d’autonomie de gestion de l’ensemble des 12 syndicats d’Electricité et des communes « isolées » implantés sur le territoire de la concession. Considérant  la masse de travaux injectés par les SIE/SME dans l’économie locale (7.4 M€ en 2009), réalisés pour la plupart par des entreprise locales. Considérant la lourdeur, la durée et la complexité des procédures pour le regroupement des SIE conformément au CGCT. Considérant que la décision du FACE concerne 566 élus de proximité (délégués titulaires et suppléants des SIE) et 17 personnels qui assurent avec efficience la bonne gestion de l’Electrification Rurale sur le territoire départemental. Considérant  la volonté de l’ensemble des élus et des Présidents de Syndicats issus des scrutins de mai 2008, de voir se pérenniser ces structures de proximité au moment même où discute au travers du schéma départemental de coopération intercommunale une nouvelle approche de la gouvernance des territoires. LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES COLLECTIVITES ELECTRIFIEES DES ALPES DE HAUTE PROVENCE décide de se mettre en conformité avec la loi de 2006 et de regrouper la maitrise d’ouvrage au niveau départemental au sein de la structure unique existante, demande au Conseil d’Administration du FACE un délai pour l’application de cette mesure au 1er janvier 2014 dans le cadre d’un moratoire et pour ce faire, sollicite le soutien de l’ensemble des élus des Alpes de Haute-Provence".

Une demande qui a recueilli le soutien total du Conseil Général, où plusieurs élus ont souligné "le  rôle de proximité" et "l'utilité qui n'est plus à démonter" de ces syndicats pour lesquels oeuvrent bénévolement quelque 560 élus locaux et dont la masse de travaux a permis en 2009 d'injecter près de 7.4 M€ dans l'économie locale.

DSCF4862

 

 

 

 

Voir les commentaires

VOLONNE -Soirée audition de l'Ecole de Musique Moyenne Durance

Nombreux parents, grands-parents, amis se sont rassemblés,  ce vendredi à L'espace Notre Dame de Volonne pour venir écouter ce récital de morceaux finement choisis,  interprété par les élèves de l'Ecole de Musique Moyenne Durance, et orchestré par Jean-Christophe Berger, professeur...

Hélas, seuls manquaient à l'appel les élus du Territoire !

 

L'Ecole de Musique de Châteaux-Arnoux/Saint-Auban

Depuis 1977, année de création de l'Ecole de Musique, les professeurs de cet établissement s'efforcent d'enseigner et de sensibiliser leurs élèves à la musique, à la pratique instrumentale ainsi qu'au plaisir de jouer en groupe...

Aujourd'hui plus de 200 élèves s'y retrouvent chaque semaine et y pratiquent le piano, la flûte à bec, la flûte traversière, la clarinette, le saxophone, le violon, la trompette, l'accordéon diatonique, le violoncelle, la guitare ou le chant dans l'esprit des Centres Musicaux Ruraux qui prône depuis plus de 60 ans, la possibilité à tous de découvrir la musique et de la pratiquer avec sérieux et efficacité tout en s'adaptant au projet musical de chacun.

 

Un programme de grande qualité

Décomposé en cinq groupes qui sont intervenus les uns après les autres avec une parfaite synchronisation : Ensemble d'harmonie, Ensemble de cordes, Ensemble de flutes traversières, Ensemble de saxophones et pour conclure l'Ensemble de flûtes à bec et d'accordéons diatoniques, ce programme était de très grande qualité et le professionnalisme des enseignants ne fait là aucun doute.

Les élèves de 1ère année de flûtes à bec accompagnés des débutants en accordéon diatonique ont reçu un vif succès notamment avec "Adieu Foulards" dont un bis a été demandé avec insistance.

 

De la bonne animation culturelle en milieu rural, car le public d'ici  mérite aussi de recevoir cette Culture avec un grand C !

 

En cette fin d'année scolaire, Jean-Christophe Berger a remercié les élèves, les professeurs et aussi les parents qui se sont investis  toute l'année mais aussi pour organiser cette soirée de présentation de ce travail rigoureux et de longue haleine.

Cette magnifique soirée d'audition s'est terminée dans la convivialité autour d'un buffet préparé par les parents.

 

DSCF5011

 

 

 

  ADRIEN2

 

 

Voir les commentaires

AG de l'AMR04 Les maires ruraux bas alpins font de la résistance

MALLEMOISSON        

 Les maires ruraux bas alpins font de la résistance.

 

C'est  lors de leur assemblée générale qui s'est tenue salle polyvalente des Cèdres à Mallemoisson ce week-end que les élus ont exprimés leur inquiétude sur le devenir de leurs communes face au nouveau schéma départemental de coopération intercommunale proposé par la préfète Yvette Mathieu, excusée à cette manifestation et donc  représentée par Pierre Coran, sous préfet de l'arrondissement de Castellane.

L'histoire est un éternel recommencement, c'est aujourd'hui contre cette fusion, imposée par la loi, des communautés de communes pour n'en faire que onze dans le département, que l'association des Maires Ruraux "reprend les armes" 40 ans après le premier combat. En effet, l’Association des Maires Ruraux de France a 40 ans. Dès l’origine un principe : des maires au service de leurs pairs !  www.amrf.fr  

"Ce n'est pas en mariant 3 ou 4 pauvres que l'on fait un riche",

a lancé Michel Flamen d'Assigny, président de l'AMR04. Claude Domeizel, sénateur, s'est rallié à ses collègues et à leurs interrogations, lors de son allocution -se considérant toujours un peu maire rural-:" C'est de la cartographie, mais on ne sait pas ce qu'il y a dedans!", s'est-il exclamé. Puis il a souligné qu'il s'agit "d'un processus qui demande du temps et surtout de la concertation".

Il a profité de cette intervention publique pour informer l'assemblée qu'une loi attend dans les tiroirs et sera voté en fin d'année sur l'extension du vote à la proportionnelle dont le seuil de 3500 habitants pourrait être ramené à 500.

Vanik Barbérian, président national de l'AMRF, retenu en dernière minute, a communiqué également son positionnement : " Considérant que le calendrier imposé par la loi de réforme des collectivités territoriales est irréaliste la méthode d’élaboration des Schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI)  fait courir le risque de blocages multiples. Pour l'AMRF, le délai d'élaboration ne devrait commencer à courir qu’à compter de la réception par les conseils municipaux concernés de données chiffrées permettant une décision éclairée des élus. En conséquence, l'Association des Maires Ruraux de France demande expressément un report raisonnable des délais d’élaboration du schéma départemental de coopération intercommunale qui ne devra commencer à courir qu’à compter de la réception par les conseils municipaux concernés : des éléments chiffrés sur les conséquences patrimoniales et financières des propositions soumises ; des simulations précises sur les modifications proposées en termes de gestion des personnels, de gouvernance, ou encore de compétences. Ces clarifications étant, seules, susceptibles de garantir une décision éclairée, permettant d'apprécier la « définition de territoires pertinents » et la « solidité financière » du futur espace… objectifs assignés au schéma par le législateur."

 

Sur les 292 collectivités appelées à se prononcer avant le 22 juillet certaines ont déjà fait parvenir leur délibération, il va de soi que "toutes ne sont pas favorables" comme l'a commenté le sous-préfet. La Commission (CDCI) aura quatre mois pour se prononcer sur les projets et apporter des amendements. Les élus ont posé le constat que "l'on ne tient pas assez compte de la spécificité de ce département".

Lors de cette assemblée générale, Jacques Depieds, maire de Mane est intervenu sur la problématique de la dotation de péréquation horizontale. Gérard de Meester, conseiller général, a évoqué la dépendance et l'accompagnement des aînés et des projets dont il est à l'initiative tels que  la Maison des Acacias qui a ouvert le 20 juin à Peyruis et celle de Pierrevert qui ouvrira courant 2012, ainsi que le magnifique chantier en cours de domiciles regroupés adaptés avec services associés, sur l'ensemble du département.

 

Une motion

Votée à l'unanimité et présentée au nom de l'AMR04 par Jean-Jacques Lachamp, maire de Nibles et vice-président de l'AMR04 : "...l'achèvement et le développement de l'intercommunalité doivent répondre à un impératif d'efficacité au service d'un projet de territoire et non au remplissage de cases colorées dans les salons de la préfecture."

L'AMR04 appelle donc l'ensemble des maires ruraux "à relayer auprès des membres de la CDCI leurs demandes d'écoute et de dialogue afin d'aboutir à une carte de l'intercom élaborée si possible dans le plus grand consensus, seule manière d'obtenir l'adhésion des élus et de garantir le bon fonctionnement de nos structures communales et intercommunales"

  

   image001MA31811856-0001

   DSCF4879

  

 

Voir les commentaires

Rencontre avec la nouvelle secrétaire de l’ADMR du secteur de Volonne.

 

Après un premier trimestre de prise de fonction au poste de secrétaire de l’Association « Aide à Domicile en Milieu Rural »du secteur de Volonne, nous avons rencontré Elodie BERNARD qui a remplacé Régine Douaïfa.

 

Après quelques années d’expérience professionnelle sur Marseille comme secrétaire médicale, elle est venue s’installer à Malijai.

En recherche d’un poste similaire, à 27 ans et maman d’un petit garçon de deux ans, très dynamique, ferme et volontaire,  c’est à l’ADMR de secteur qu’elle a été engagée depuis le 24 février dernier.

 

---- -Elodie, vous avez remplacé Régine Douaïfa qui a démissionné de ce poste de secrétaire à l’ADMR du secteur de Volonne, connaissiez-vous les raisons de la démission de votre prédécesseure ?

 

EB  « Non pas vraiment !  Mais quand on est à la recherche d’un emploi avec les difficultés actuelles que nous rencontrons, on est heureux de trouver un poste, et en même temps mon emploi précédent de secrétaire médicale à Marseille était aussi très complexe, donc je me sentais « de taille » à affronter cet engagement. »

 

---- Concrètement quelles sont les plus grandes complications ou difficultés que vous rencontrez au quotidien ?

 

EB « C’est avant l’itinérance puisque qu’il faut travailler sur trois villages, qu’il n’y pas de local fixe et qu’il faut tout transporter chaque jour, un plein coffre avec l’ordinateur portable, l’imprimante et les cartons de dossiers.

Le village le moins pratique est surtout Volonne, car il a été attribué une salle au 1er étage, ce qui n’est pas facile d’accès pour les personnes handicapées ou âgées qui désirent me rencontrer pour consulter leur dossier.

De plus toujours à Volonne, je suis obligée de libérer le bureau le jeudi à 15h pour le CLIC.

Et encore à Volonne, j’ai envoyé un courrier pour obtenir un double de clé depuis deux mois et j’attends toujours la réponse. Je ressens un manque d’engagement chez certains élus !

Par contre à L’escale, l’accueil de la Municipalité est très chaleureux ».

 

----Et avec les salariées, quelle est la nature de vos relations ?

 

EB « Extrêmement bonnes ! L’ensemble du personnel est compréhensible au regard de mes difficultés quotidiennes. Les salariées font un travail exemplaire auprès des bénéficiaires, cela va  au-delà de l’entretien, du ménage, elles ont une âme de psychologue et sont toutes très philosophes. »

 

---- Quels seraient aujourd’hui vos principaux souhaits pour vous rendre la tâche plus facile, ce qui améliorerait également l’ambiance professionnelle sur le secteur de Volonne ?

 

EB « Il faudrait pouvoir récupérer un local sur Volonne, de plain pied bien sûr ! Mais surtout une meilleure communication et compréhension de la part des Municipalités,  car nous sommes quand même dans le secteur Social ! »

 

----Le message est passé.

Changements de permanences :

A l’ESCALE :    le lundi de 9h à 12h et de 13h à 16h30

A VOLONNE :  le mardi de 9h à 12h et de 13h à 16h30, et le jeudi de 9h à 12h et de 13h à 15h

A PEIPIN :       le vendredi de 9h à 12h et de 13h à 16h

 

 

 

ELODIE BERNARD 1

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Deux nouveaux véhicules au SMIRTOM.

VOLONNE -

CHATEAU-ARNOUX/SAINT-AUBAN

 

 

Les investissements réalisés depuis 3 ans ont permis de générer des économies de coûts de fonctionnement.

 

Dans un souci d’économie, le SMIRTOM du canton de Volonne vient de réceptionner deux nouveaux véhicules de ramassage.

Le premier est un camion pour la collecte des ordures ménagères qui remplace celui qui était le plus vétuste soit 16 ans alors que la durée de vie moyenne est de 7 à 8 ans.

Cette nouvelle benne (127852.40€) a , pour un gabarit équivalent, une capacité de chargement optimisée qui réduira les coûts de la collecte.

Le second, une innovation pour le SIRTOM, est un train routier porte benne et grue.

Ladite grue pouvant relever certaines colonnes de tri.

Ce véhicule (204755.20€) est destiné à la reprise du transport de certaines bennes de la déchetterie vers les exutoires.

 

Michel Flamen d’Assigny, président du SMIRTOM  et de l’AMR04  précise : « Ces économies conjuguées aux efforts de tri des administrés ont permis au SMIRTOM de proposer aux communautés de communes adhérentes de baisser, cette année, la taxe d’enlèvement et de traitement des ordures ménagères de 4 %.

Ces achats s’inscrivent dans la même démarche visant à améliorer le service rendu à la population tout en contenant, voire en réduisant, la charge financière pour le contribuable ».

 

 

La déchetterie, installée au quartier des Blâches Gombert,

est ouverte 6 jours sur 7. Tél : 04.92.64.28.48

 

 Mr Flamen d’Assigny en premier plan au  broyage des végétaux

 

  004-Broyage des végétaux

  photo LR

 

 

 

 

Voir les commentaires