Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ESCALE Conférence d'Anne Roth Conges

La conférencière, chargée de recherches au CNRS, retraitée depuis 2010, est également auteure de "Glanum, une cité de la Provence antique", aux éditions du Patrimoine.


Organisée par l'Association du Patrimoine Escalais qui est orchestrée par Danièle Taix, au sein de la MAC, la conférence d'Anne Roth Conges a été fort plébiscitée.


Le thème du jour était « Glanum, Ville et Sanctuaire des Salyens, au IIè siècle avant JC »Glanon : ville des Salyens (ce sont les romains qui donneront le nom de Glanum)


Le site, établi sur le versant Nord des Alpilles, est occupé depuis l’âge du bronze. Une agglomération indigène s’y installe à partir du VIe s av JC et se développe à partir du vallon Notre Dame. Elle occupe d’ abord les versants, avant de déborder, très largement, à l’âge du fer, sur le Piémont. Un rempart protège alors, sur 20ha, le vallon et les collines environnantes. C’est le captage des eaux de ruissellement dans le vallon ND qui est perçu comme la raison d’être de ce site.
Séparation entre le secteur de la source, limité par la «  porte charretière «  et le reste de l’agglomération. Vers 100 av JC, un second rempart double du côté Nord, la superficie du site : 40 ha. Au IIe s av JC, Glanon fait l’objet d’un programme urbanistique et monumental important, hellénisée mais la culture indigène n’est pas pour autant oubliée. Ex de la maison des  Antes, bâtie sur le modèle grec : péristyle, puits à Dromos…
La ville est détruite à 2 reprises pendant les campagnes de la conquête romaine en pays Salyen (125- 122 et 90 av JC )
Deux secteurs sont distincts : le secteur de «  la source », noyau originel de l’occupation (vallon Notre Dame ), lieu de culte en l’ honneur de Glan, dieu guérisseur. On a retrouvé un autel écrit en gallo- grec, en l’honneur des « mères glaniques », daté du Ier siècle av JC, et le centre monumental : la construction, au IIe s av JC, de la « porte charretière », marque une division (passage fortifié). La pratique des expositions de crâne humain se poursuit au IIe s : enclouage de crânes humains, au niveau du portique intérieur d’un vaste édifice trapézoïdal (statue de guerrier assis en tailleur ).


Au contact de Marseille grecque puis du monde méditerranéen, la petite ville des celto- ligures Salyens élabora une culture originale et brillante, dite « gallo- grecque » qui se manifeste entre autres, dans son architecture, sa sculpture et sa religion. Toutefois, Glanon garde sa culture indigène dans le domaine des pratiques cultuelles (expositions de crânes dans des portiques, statues de guerriers héroïsés…)
 

L'ESCALE     Conférence d'Anne Roth Conges
L'ESCALE     Conférence d'Anne Roth Conges